Home>Décryptage des relations Startups – Grands Groupes - Le cas Pumpkin x Crédit Mutuel Arkéa
  • Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size

Décryptage des relations Startups – Grands Groupes - Le cas Pumpkin x Crédit Mutuel Arkéa

Décryptage des relations Startups – Grands Groupes - Le cas Pumpkin x Crédit Mutuel Arkéa

Pumpkin est une application de remboursement entre particuliers. Instantanée, gratuite et 100% sécurisée, plus besoin d’IBAN, de conseiller bancaire, ni de validation sous 48h… L’utilisateur créé un compte manuellement ou via le Facebook connect, enregistre sa carte de paiement et peut dès lors envoyer ou demander de l’argent à n’importe qui grâce à son numéro de téléphone. Sur Pumpkin, les personnes ne s’échangent pas seulement de l’argent, ils partagent des bons moments. Les fondateurs ont souhaité intégrer un aspect social à ces transactions, notamment grâce à des likes et des commentaires. Pumpkin compte aujourd’hui plus de 300 000 utilisateurs actifs, avec un peu plus de 3 millions de transactions effectuées depuis sa création et environ 10 millions d’euros échangés tous les mois. Répartie entre Lille et Paris, l’équipe de Pumpkin ne cesse de grandir : elle est composée aujourd’hui de plus d’une trentaine d’employés.

C’est en 2014 que l’idée de l’application nait sur le coin d’une feuille. Constantin, Victor et Hugo, alors étudiants concernés par les problèmes liés aux différents remboursements du quotidien, ont développé Pumpkin. Trois ans plus tard, deux levées de fonds et un rachat par le Crédit Mutuel Arkéa, Pumpkin passe aujourd’hui un cap et ambitionne de s’imposer comme le ténor du paiement communautaire.

 

Quelques chiffres sur Pumpkin :

 

- Création : 2014
- Fondateurs : Constantin Wolfrom, Hugo Sallé de Chou, Victor Lennel
- Siège : Paris
- 35 collaborateurs
- 300 000 utilisateurs actifs – X2 tous les deux mois

 

Questions à Hugo Sallé de Chou, Co-Fondateur de Pumpkin !

 

Lorsque Pumpkin a souhaité réaliser cette levée de fonds, recherchiez-vous en priorité des fonds corporate spécialisés ? 

 

Après deux levées de fonds, en 2015 puis en 2016, nous préparions notre troisième tour de table et nous nous adressions plutôt à des VC classiques. Le contexte était cependant un peu différent : de plus en plus d’acteurs bancaires nous sollicitaient, pressés par un besoin d’innover dans le marché du paiement et des FinTech. De notre côté nous cherchions de la stabilité à long terme ; nous avons donc décidé d’ouvrir le dialogue avec ces acteurs bancaires afin d’explorer cette piste. Nous connaissions déjà bien Crédit Mutuel Arkéa (CMA) qui suivait l’évolution de Pumpkin depuis le 2ème tour de table. Leur démarche était sincère, avec une réelle volonté de s’investir dans les FinTech et une vraie adhésion au projet de Pumpkin. Cela nous a semblé la meilleure stratégie pour nous donner les moyens de nos ambitions ; 1 an plus tard nous le pensons toujours.

 

Quelle était la valeur attendue d’un acteur comme Crédit Mutuel Arkéa, en comparaison avec les précédents fonds présents au capital ?

 

Nos principales attentes étaient la solidité et la stabilité qui nous permettraient de soutenir notre vision à long terme. Dans une startup la notion de temps est un peu biaisée : tout peut aller très vite, mais paradoxalement, la plupart des projets s’étalent sur de très longues périodes. Dans notre cas, nous avons très rapidement développé un usage avec une solide base d’utilisateurs. Il faut maintenant créer un modèle pérenne, et c’est là que la notion de temps est vraiment différente de celle de notre startup à ses débuts. Nous nous doutions que le modèle allait mettre plusieurs années à se construire.   

 

Qu'a changé l'investissement de Crédit Mutuel Arkéa en termes d'ambition pour Pumpkin, de moyens techniques, humains et de réseau ?

 

Le deal a été signé un 12 juillet, suivi par l’été qui a été une période assez calme, puis la rentrée en Septembre, au cours de laquelle Arkéa s’est aussi concentré sur ses propres impératifs. Finalement, c’est un peu plus tard que nous avons engagé le dialogue en cherchant à se rapprocher d’experts dans les métiers de la banque « traditionnelle », secteur duquel aucun de nous ne venait. Crédit Mutuel Arkéa nous a permis d’entrer rapidement en contact avec ces personnes qui nous ont énormément apporté, notamment en terme de culture. Ces experts se sont rapidement sentis impliqués dans notre projet et un sentiment d’appartenance s’est construit dans les deux sens.

 

Des experts / ressources de Crédit Mutuel Arkéa sont-ils impliqués dans le développement opérationnel de Pumpkin depuis le début de ce partenariat ? 

 

La collaboration entre Crédit Mutuel Arkéa et Pumpkin repose sur ce sentiment d’appartenance qui s’est créé. Il n’y pas un unique « responsable des relations Pumpkin / Arkéa » mais tout un réseau à notre disposition, qui va vite et qui rebondit beaucoup. C’est dans la culture de Crédit Mutuel Arkéa de fonctionner comme cela, et finalement on ne peut pas dire qu’il y ait de processus très formalisés entre nous. Par ailleurs, aucune ressource Arkéa ne travaille aujourd’hui dans les équipes de Pumpkin. Comme dans le cas d’un investissement classique, ils ont rejoint le board, mais sans vocation opérationnelle. De même quand Crédit Mutuel Arkéa nous a demandé de mettre en place des processus pour nous adapter à leur fonctionnement, ils nous ont laissé travailler sur ces projets en autonomie.

 

Quelle est autonomie de Pumpkin depuis ce partenariat (axes de développement stratégiques, partenariats commerciaux…) ?

 

Notre autonomie est totale. Crédit Mutuel Arkéa ne nous oppose aucun frein, au contraire. Si nous cherchons des partenaires pour nous aider dans nos projets, nous pouvons aussi bien profiter des leurs que décider d’en établir de nouveaux. Nos choix restent ceux de Pumpkin, tandis que l’objectif de Crédit Mutuel Arkéa est de créer de réelles synergies. Sur les décisions stratégiques, le board s’implique et nous challenge énormément. C’est une très bonne chose car la démarche est sincère et va dans le bon sens pour Pumpkin.

 

Quels sont les prochains axes de développement pour Pumpkin ?

 

Aujourd’hui nous voulons vraiment nous concentrer sur notre activité première à travers notre réseau de distribution : le Peer-to-Peer, dont dépendront tous les projets futurs ; nous ne devons pas perdre cet objectif de vue. Dans le même temps nous allons travailler notre image de marque. Un de nos axes dans ce sens est le développement du marketing sensoriel, avec la refonte intégrale de notre graphisme par un designer de renom et plus récemment notre association avec des DJ français pour travailler tous les sons de notre application.

Ce qu’il faut retenir, c’est que Crédit Mutuel Arkéa nous a apporté quelque chose d’unique : de la confiance, et une volonté d’emmener Pumpkin le plus loin possible. De notre côté nous ne voulions pas vendre notre projet, et avec CMA, plus que la simple satisfaction du « oui » lors de tour de table, c’est un vrai sentiment de confiance et de sécurité que nous avons reçu.

Contact : studio@sia-partners.com

.